CHARLESTON

Le parfum de l’exil [9]

Bonjour,

Je reviens aujourd’hui pour vous parler de ce merveilleux ouvrage que j’ai pu découvrir pendant mon aventure de lectrice Charleston.

Résumé : On va suivre Taline qui va être confrontée à la mort de sa grand-mère, Nona. Elle va lui léguer sa maison à Bandol, dans le sud de la France et quelques carnets qui lui permettront de mieux comprendre son passé et la lignée de femme qui le compose. Taline se retrouve désormais seule à gérer l’entreprise de parfums initialement crée par sa grand-mère. Son monde s’écroule. Au travers de ces retours dans le passé, on va déterrer les secrets cachés sur le génocide Arménien, sur la peur, l’horreur, l’exil mais surtout sur la renaissance. 

Au travers de ce roman, nos sens sont éveillés, on évolue au fil des saisons avec pour toile de fond un univers floral, aux douces senteurs. L’expérience des parfums et des couleurs nous met du baume au coeur et nous plonge dans un cocon.

L’univers dépeint par l’auteure est bucolique, avec mille senteurs, odeurs et délices. Ce roman recèle d’un brin de magie et de souvenirs. 

On retrouve une écriture aux allures de conte, des sujets douloureux et tranchants sont abordés, mais toujours avec une forme de poésie qui apaise nos maux. 

Une hymne à la nature, à la vie, à nos souvenirs refoulés. Ondine Khayat nous dépeint au travers de ses mots une métaphore de la nature qui semble prendre vie, on se laisse bercer et transporter par ces odeurs divinement bien décrites, le lecteur est en totale corrélation avec les mots. 

Un roman dont on écoute attentivement l’histoire, le lecteur se laisse charmer par les mots de l’auteure. 

On assiste à une véritable chasse au trésor pour déterrer les secrets enfouis, de la France en passant par le Liban. On voyage au pays des couleurs et des odeurs, et on entre en totale immersion dans le récit. 

Le roman nous ouvre les yeux sur la cruauté du monde au travers d’une histoire terriblement bouleversante et inspirée de faits réels. 

Une fresque bouleversante de génération en génération où se succèdent peurs, angoisses et de lourds secrets qui ne demandent qu’à être révélés. 

On y déterre l’histoire, le passé, des secrets sombres pour mieux comprendre l’origine de nos racines. On y lit une plume tranchante et poétique à la fois. 

Le récit est cruel, on en apprend plus sur un pan de l’Histoire dont on connaît peu de choses au final.

On nous dépeint un univers saisissant sur le génocide Arménien mais bercé par des mots justes semblables à une poésie. 

On suit le destin bouleversant de deux jeunes rescapées qui ont traversé l’horreur, la cruauté et tous les vices humains.

C’est avant tout l’histoire d’un destin bouleversant d’une lignée de femmes aux secrets bien cachés.

Les mots sont justes, puissants, et décrivent avec parcimonie l’effroi auquel les populations ont fait face. 

Un bel hommage aux Arméniens qui ont traversé le pire et ont connu tant de souffrances.

Un texte puissant sur la reconstruction possible après une étape de deuil, d’ignominies et de perpétuelles menaces qu’ont subies les populations.

Un roman qui aborde les nuances de la vie, avec ses aspects sombres mais aussi ses moments de renaissance et d’espoir. 

En espérant vous donner envie de le lire,

Éline.

ARCHIPOCHE

Les milliards d’Arsène Lupin.

Bonjour à tous,

Je viens aujourd’hui sur le blog vous parler de ma dernière déception. Je tenais absolument à découvrir ce grand classique de la littérature, mais malheureusement cela n’a pas fonctionné.

Pour l’histoire, on suit Patricia, une jeune américaine, qui travaille avec son patron James Mac Allermy et qui lui promet un bel avenir professionnel. Il ignore que son associé a été abandonnée par son propre fils. Patricia se retrouve confrontée à elle-même et va affronter un événement qui risque de changer le cours des choses.

Je ne saurai pas vous dire pourquoi je ne l’ai pas aimé, mais déjà il faut savoir que le roman a été écrit en 1941, et que l’écriture est assez spéciale.

Je n’ai pas eu d’affection pour les personnages, j’étais parfois perdu au cours du récit et ne comprenait pas où l’auteur voulait en venir, qui étaient les personnages, quel était le réel but de l’histoire. Je ne sais pas si cela vous arrive aussi parfois, de lire un roman mais d’être au final complètement déconnecté et de ne pas comprendre un traitre mot de ce que vous lisez.

J’ai donc eu du mal avec la plume de l’auteur, j’avais vraiment envie de découvrir ce classique, mais malheureusement, je ne pense pas réitérer l’expérience. Ce tome ci est le tome 7, peut être aurais-je dû les lire dans l’ordre, mais la maison d’édition m’a affirmée que l’on peut les lire indépendamment.

Je regarderai quand même la série Netflix, même si je ne pense pas que ce soit tout à fait pareil. En tout cas, je reste honorée d’avoir pu découvrir cette histoire, d’autant plus que ça se passe chez moi.

Alors, qu’en pensez-vous?

Belle journée,

Éline

CHARLESTON

Filles du vent [8]

Hello tout le monde, nouvel avis concernant une bonne lecture que j’ai faite, Filles du vent.

Résumé : On va suivre trois jeunes adolescentes, Lina, Assa et Céline qui sont placées en foyer. Elles ont vécu un passé plein de violence, de drogue et de sévices en tout genre. Des jeunes filles perdues, qui vont devoir trouver leur chemin. Lina est une adolescente violente, Assa se réfugie dans la littérature pour oublier ce quotidien morose. Céline est une éternelle fugueuse et se prostitue à la nuit tombée. Ces trois jeunes filles ne se sentent pas comprises dans la société et veulent faire porter leur voix. Elles vont alors se lancer dans une fugue itinérante au travers des grandes villes de France pour tenter de sortir de leur invisibilité.

C’est un ouvrage qui révèle avec sincérité les clichés que chacun a sur les jeunes filles placées en foyer. Ouvrir ce livre, c’est se confronter à la réalité, en tant que lecteur, on prend une réelle claque en suivant le destin et le parcours de ces adolescentes qui se battent pour se trouver une place dans une société où elles se sentent rejetées.

Le langage est cru, vulgaire et tranchant, mais il représente à la perfection la réalité, on nous présente des jeunes filles abîmées, brisées et perdues qui veulent se faire entendre. Ce sont des jeunes filles qui démarrent leur vie sur le mauvais pied, privées d’éducation, victimes de violence, d’abus, venant de milieux défavorisés, on nous dépeint une réalité terrible et on ouvre les yeux sur ces mots.

Un ouvrage à lire pour prendre conscience de la dure réalité à laquelle sont confrontées ces jeunes filles qui vivent le pire, et qui se donnent malgré tout, les moyens de se sortir de cette situation périlleuse. 

L’auteur nous expose avec franchise les conditions de vie de ces jeunes femmes qui se cherchent, et qui vont finir par se trouver en s’unissant.

Un texte qui va faire évoluer les consciences. L’écriture est réaliste, en tant que lecteur, on est confronté à une réalité cachée par tous, mais qui ne demande qu’à être exposée au grand jour. Un texte engagé qui met en lumière le parcours de ces filles de l’ombre.

On suit l’histoire touchante d’un trio qui se démène pour sortir d’un cercle infernal où drogue, alcool et violence sont les maîtres-mots de leur quotidien. C’est l’histoire de trois jeunes filles qui vont prendre leur envol et vont s’échapper d’un univers où il est difficile de se construire. 

Nous avons l’impression de lire une satire, l’auteur dénonce sans jugement le quotidien de ces jeunes filles déboussolées, sans repères et qui ne peuvent compter que sur elle-même pour tenter de s’en sortir. 

Une belle leçon sur les difficultés d’adaptation des filles placées en foyer, mais également sur les combats féministes menés pour se faire entendre et enfin sortir de l’ombre.

Ces jeunes filles, mais aussi toutes les autres sont invisibles au sein de la société et vont unir leur force pour se rallier à une cause qui leur tient à coeur. C’est un ouvrage puissant sur l’évolution des consciences, sur la cause féministe et sur la complexité de faire partie d’une société lorsque l’on est en marge de celle-ci.

Nous suivons ces jeunes filles qui se réfugient dans la lecture, la musique ou encore le travail pour échapper à un univers terne, dénué d’intérêt.

C’est le combat d’une vie, on lit un roman qui casse les codes et ça fait du bien. On expose au grand jour les clichés des filles placées en foyer, c’est un texte révélateur.

L’auteur met en avant le parcours de ces jeunes filles du début à la fin, on sent qu’il y a une réelle évolution au fil des pages. Parties de rien, elles vont découvrir pas à pas les prémices d’une nouvelle vie. Elles vont apprendre ce que la vie leur offre. En lisant ce texte, on se détache des stigmates revendiqués par la société, et on met en lumière ce trio de jeunes filles qui fait preuve d’un courage et d’une force hors-norme. Filles du Vent dépeint trois adolescentes téméraires et réellement déterminées à s’en sortir. C’est un ouvrage dans lequel les jeunes filles pourront s’identifier. 

En espérant vous avoir donné envie de le lire,

Doux week-end,

Éline

CHARLESTON

L’amazone verte [7]

Bonjour à tous,

Je reviens aujourd’hui vous parler de ma première déception en tant que lectrice charleston 2021. On va suivre le récit sous forme de biographie de Françoise d’Eaubonne, racontée par Élise Thiébaut. J’ai beaucoup de mal avec ce genre littéraire, et ça ne l’a pas fait pour moi.

Premièrement, j’ai trouvé que la structure du livre était assez confuse. L’auteur aborde parfois un sujet, puis le change à la page suivante. Le fond de l’histoire est riche et intéressant et mérite réflexion, mais la façon dont l’auteur aborde le sujet ne nous permet pas de nous plonger totalement dedans.

J’aurai aimé que l’auteur creuse plus en profondeur sur certains sujets qui pour moi méritaient réflexion tels que : l’avortement, le viol, les fausses-couches, la tromperie. L’auteur est passée trop vite, ce qui nous fait une charge énorme d’informations, peu de temps pour les assimiler et les comprendre. Quand l’auteur parlait d’un sujet qui m’intéressait, au paragraphe suivant elle parlait déjà d’autre chose et ceci est fort regrettable.

Je lis rarement de livres traitant de ce genre de sujet, je ne lis quasiment jamais de biographie et suis donc totalement sortie de ma zone de confort en lisant cet ouvrage. Mais, je ne suis pas une grande adepte de ce genre.

Le livre manque selon moi de dynamisme, il comporte beaucoup trop d’éléments, on ressent une masse d’informations et le tout n’est pas homogène et structuré. Les mots sont lourds, certains termes étaient hors de ma portée et j’aurai aimé avoir une note en bas de page afin de m’éclairer sur la signification de certains termes trop complexes selon moi. 

Je pense que le fond de l’histoire peut être très intéressant mais la manière dont c’est écrit n’amène pas le lecteur à s’attacher aux personnages, à ressentir des émotions. On ne nous présente pas assez Françoise, à vrai dire on ne sait pas réellement qui elle est.

L’absence de dialogue m’a parfois dérangé car cela offre une fluidité au livre qui n’est donc pas présente dans cet ouvrage. J’étais parfois obligée de faire des pauses, car ce livre m’a parfois évoqué la récitation d’un cours magistral, j’avais besoin de reprendre mon souffle. 

Cette lecture est très actuelle, et aborde des thématiques captivantes, surtout en tant que femme. On se sent d’autant plus concernées par les mots de l’auteur.

J’ai aimé découvrir la vie de cette femme mais peut-être aurais-je préféré découvrir l’histoire d’une femme plus connue (ex : Joséphine Baker, Marilyn Monroe, ou même Simone de Beauvoir..)

Je pense que ce livre pourra plaire à ceux qui s’intéressent à la condition de la femme (non pas que ce ne soit pas mon cas) mais il est vrai que j’ai du mal à lire ce genre d’œuvre qui est pour moi très lourde, très complexe et je suis beaucoup plus friande des romans que des biographies.

Je reste cependant contente d’avoir pu découvrir un livre comme celui-ci car les thèmes qui y sont abordés méritent d’être lus en 2021 et je trouve qu’on les aborde assez peu en littérature. J’ai donc bien aimé le fait de casser les codes en nous présentant une femme telle que Françoise résolument moderne à son époque.

Peut être vous laisserez vous tenter malgré tout,

Belles fêtes de Pâques,

Éline

CHARLESTON

Grandir un peu [6]

Bonjour à tous,

Je viens aujourd’hui vous parler d’un roman que je pense, vous avez dû voir passer sur Instagram !

C’est le bébé de Julien Rampin @labibliothequedejuju ! Il a auto-édité son roman, et vous pourrez maintenant le retrouver chez Charleston avec cette magnifique couverture fleurie à l’image de la douceur et de la tendresse qui émanent de ce livre.

Résumé : Au travers de cette histoire, on va suivre Jeanne, en couple avec Bernard. Mais la jeune femme a cette envie de se libérer de son emprise et décide, sur un coup de tête, de répondre à l’annonce de Raymonde dans un journal. Cette vieille dame recherche quelqu’un pour s’occuper d’elle. Commence alors un ballet d’émotions et de souvenirs.

Ce roman est un véritable condensé de sensibilité et d’émotions. Raymonde représente cette grand-mère qu’on aimerait tous avoir, résolument moderne, dotée d’un sens de l’humour sans égal. 

Jeanne cette jeune femme pétillante, qui repart de zéro pour tenter de se reconstruire. Lucas, cet homme solaire malgré un lourd passé. Raymonde, une femme avec l’expérience de la vie. On suit là un trio atypique, avec des amitiés défiant l’âge. Les liens entre les personnages sont sans frontières et sans tabou. 

Les personnages ont leurs qualités et leurs failles mais restent avant tout humains et c’est ce qui apporte à ce livre une beauté si singulière. Grandir un peu nous met du baume au coeur, il répare nos maux. Nous plonge dans une bulle de réconfort, on est comme envoûtés par les mots et on ne peut s’en délier jusqu’à la dernière page.

Grandir un peu aborde des sujets de société comme l’homosexualité, la vieillesse, les amours de jeunesse mais aussi les séparations. Julien nous dépeint la vie telle qu’elle est, avec ses hauts et ses bas. Car la vie est avant tout un combat semé d’embûches, et nous nous forgeons grâce à notre passé. Il détermine qui nous sommes, et ça Julien le décrit très bien. 

Les thèmes sont abordés avec finesse et justesse, la plume est maîtrisée, digne d’un poème. On est touchés en plein coeur, on a comme l’impression d’ouvrir un album photo en lisant ce roman, et d’y apercevoir un Polaroïd de notre vie.

J’ai eu l’impression de lire un conte, on se laisse attendrir par cette plume qui nous bouleverse, qui nous fait passer du rire aux larmes. Ce roman est aussi doux qu’une valse à trois temps, on nous prend la main et on l’attrape avec délectation. 

On retrouve des petits souvenirs d’enfance glissés entre les chapitres pour se remémorer nos madeleines de Proust. Ces souvenirs qui ont forgé notre existence, pour se rappeler d’où l’on vient et où l’on doit aller. 

C’est un bel hommage au temps qui passe, aux souvenirs qui persistent et à ces gens, qui grandissent, petit à petit. Qui laissent derrière eux des bagages remplis de souvenirs. 

Un roman qui aborde des sujets sensibles avec une pointe d’humour et c’est ça qui rend la plume de Julien si singulière. On a les yeux qui brillent, le cœur serré mais rempli d’amour.

Êtes-vous prêt(e)s à découvrir ces personnages hauts en couleurs et pleins de vie?

CHARLESTON

Un jour de plus de ton absence [5]

Bonjour à tous,

Je viens aujourd’hui vous parler d’une lecture qui m’a bouleversé, qui a fait écho en moi et qui je suis sûre trouvera une place dans votre coeur de lecteur. Voici tout de suite mon avis :

Résumé : On suit Antoine et Jade, un couple pour qui tout se passe bien, en apparence. Jusqu’au jour où Jade fait une fausse couche, son monde bascule. Elle se renferme sur elle-même, n’en parle à personne. Le jour où elle tombe enceinte une deuxième fois, elle a extrêmement peur de revivre les traumatismes qu’elle a connu la première fois. Un roman qui aborde avec finesse les questions du féminisme, de la maladie, du deuil et de la reconstruction.

J’ai trouvé la relation entre Antoine et Jade très touchante au premier abord. On sent qu’il est prêt à tout pour elle, qui a connu le pire. Il lui voue un amour sincère, précieux et inconditionnel. Mais j’ai trouvé que son comportement était de plus en plus méprisable au fil de la lecture, il ne lui a pas apporté beaucoup de soutien psychologique quand elle en avait besoin. Pourtant, Jade a tout perdu et a connu des épreuves difficiles, Antoine n’a pas été là pour elle lorsqu’elle avait besoin de mots tendres et de son réconfort. Leur couple traverse le pire, ils sont tourmentés par les mensonges, les non-dits et les actes manqués. 

Ce récit, c’est l’histoire d’une femme brisée, qui perd une partie d’elle-même. On suit sa reconstruction, ses résiliences. On nous dépeint une réalité bien triste à laquelle beaucoup de couple sont confrontés, celle de la perte d’un enfant. Une perte qui détruit ou à l’inverse renforce les couples. C’est un deuil lourd à porter psychologiquement. On ressent parfaitement le désespoir de Jade qui tombe au plus profond du gouffre. Elle a connu plusieurs traumatismes qui vont faire d’elle une femme forte, déterminée. Son évolution est remarquable, elle a réussi à se relever et à garder la tête haute malgré les difficultés qu’elle a rencontrés.

On suit l’histoire d’un combat révélé au grand jour, mené par des femmes fortes qui brisent les codes. On aborde avec finesse les remords et les regrets auxquels nous faisons face quotidiennement. Le roman prouve que l’on rencontre parfois les bonnes personnes au bon moment. Il s’agit parfois d’une petite rencontre qui peut bouleverser notre quotidien. 

Le récit est poignant et doté de petites touches d’amour et d’humour qui mettent du baume au coeur. C’est une histoire d’âmes tourmentées, chacun détient un secret jusqu’à ce que tout éclate en morceaux. On est tenu en haleine du début à la fin, et on ressent cette tension qui ne demande qu’à être évincée. On suit le combat d’une future mère avec ses questionnements, ses regrets et ses angoisses. 

Ce livre prend la forme d’une thérapie, par les mots, par l’écriture, pour guérir nos maux. On y lit des vérités universelles mais aussi des mensonges. On y aborde des sujets actuels comme les violences conjugales, la maladie, le deuil ou encore le féminisme, sujet en vogue ces dernières années.

Je pense que ce roman peut affecter la sensibilité de certaines lecteurs, j’ai parfois eu du mal à lire certains passages qui ont trouvé écho à des événements que j’ai vécu. J’ai adoré la plume de l’auteur, touchante et sensible. Qui mêle de l’humour là où on n’y voit que de l’obscurité. Cependant, certains passages m’ont rappelé des mauvais souvenirs dont j’aurai préféré ne pas me rappeler. Mais j’ai tout de même trouvé ce roman d’une beauté et d’une puissance sans nom. 

En espérant vous avoir donné envie de découvrir ce chouette roman de carnetparisien.fr !

CHARLESTON

Antonia, la cheffe d’orchestre [4]

Bonjour à tous,

Je rattrape mon retard sur le blog en vous publiant ma chronique sur le roman Antonia, la cheffe d’orchestre que j’ai beaucoup aimé.

Résumé : On va suivre Willy une jeune femme qui vit avec peu de moyens. Elle cumule deux emplois et verse l’intégralité de son salaire à sa mère. Mais lorsqu’elle va se faire licencier des deux entreprises, elle va alors tout tenter pour réaliser son rêve le plus cher : devenir chef d’orchestre, un métier quasiment réservé aux hommes. Ou il faudra donc se battre pour y trouver sa place.

Ce roman résonne dans notre coeur comme une douce mélodie. On suit le destin d’une jeune fille prodige qui vit pour sa passion, une passion dévorante, qui lui donne une personnalité touchante. On voit que Willy s’y connaît, elle nous impressionne, nous illusionne et nous berce à travers ses mots et ses actes.

L’histoire de Willy est particulière, elle a eu une enfance compliquée, enchaînant les petits boulots, payant des dettes à sa mère, qui ne lui laisse quasiment plus rien pour profiter de sa jeunesse. Elle a vécu dans un foyer où tension et autorité se mêlent. Ne laissant peu de place à l’amour. La jeune femme veut se libérer de cette emprise, elle est attirée par un monde auquel elle ne peut aspirer. Un monde plus bourgeois, plus difficile d’accès, majoritairement réservé aux hommes.

Ce roman c’est l’histoire d’une lutte, Willy va se battre pour avoir ce à quoi elle aspire au plus profond de son coeur. Elle en impose, même à son jeune âge, elle essaie de se faire une place au sein de la société, elle tient tête aux hommes et brave les codes et les diktats imposés à l’époque.

Elle refuse de prendre un chemin tout tracé, elle veut trouver et suivre la voie de son coeur pour la combler. Elle a des rêves et des ambitions, et va gravir les échelons pour se faire une place dans une société où les hommes règnent en maître. C’est une héroïne courageuse et dévouée.

Ce récit est définitivement un bel exemple à suivre et c’est surtout l’histoire d’un combat à mener pour tout ceux qui osent réaliser leur rêves et surmonter les obstacles.

Le roman nous ouvre les yeux sur la condition des femmes à l’époque, une condition qui n’a pas tellement évolué car la différence homme femme est toujours présente dans notre société. Ce livre prouve que les femmes se battent depuis des générations dans un monde où les hommes contrôlent tout.

Antonia, c’est la définition même de la revanche contre ces hommes qui ne croient pas en nous, les femmes. Elle a réussi là où tout le monde voulait la voir échouer.

J’ai d’autant plus apprécié ce roman car il est tiré d’une histoire vraie et cela apporte un charme à l’histoire. On ne peut que ressentir de la fierté car l’histoire de cette femme, c’est aussi notre histoire à nous. On nous prouve une fois de plus que notre combat en tant que femme continue d’exister, que nous devons nous sacrifier, prouver ce que nous valons pour nous faire une place dans ce monde.

Si je peux apporter une légère critique, je dirai que j’aurai aimé que l’on creuse un peu plus la personnalité des personnages, que l’on rentre plus en profondeur dans leur passé, dans leur vécu afin de mieux les identifier. J’aurai aimé en savoir plus sur Miss Denise, pourquoi ce caractère hautain, ce mal-être physique. De même pour Robin, pourquoi ce revirement de situation, ce choix de devenir une femme alors que depuis le début on nous le présente comme un homme assez sûr de lui. Le personnage de Willy/Antonia n’est pas assez approfondi selon moi, comme on ne nous décrit pas assez son vécu, j’ai eu un peu de mal à m’attacher à elle. J’aurai aimé ressentir plus d’émotions, et le livre a tout pour nous émouvoir. Je ne remets aucunement ses qualités en doute, mais j’aurai aimé qu’on nous décrive plus les sentiments, pour que l’on tombe amoureux des personnages en même temps qu’eux. L’histoire d’amour entre Antonia et Frank mérite tellement plus d’émotions, de ressentis que je n’ai pas forcément éprouvé et j’en suis terriblement frustrée. Mais ce livre reste une très belle découverte, je reconnais très bien les éditions Charleston avec ce combat de la femme. J’ai été ravie de découvrir cette oeuvre qui m’a bouleversé au plus haut point. 

Alors, il vous tente?

J’attends avec impatience vos retours !

ARCHIPOCHE

Marlène.

Bonjour tout le monde,

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler d’une très bonne lecture que j’ai faite grâce aux Éditions Archipoche.

Ce bouquin saura ravir tous les férus d’histoire, je vous conseille cependant de lire Au Nom de Ma Mère qui est le premier tome, même si la compréhension de ce deuxième sans avoir lu le premier n’est pas affectée, car c’est ce que j’ai fait et je n’ai pas eu de problèmes.

Encore une magnifique lecture historique dont je ne me lasserai jamais je pense. Un roman à lire absolument. Pour mieux cerner notre histoire, même si certains éléments sont fictifs. 🖊 

Un récit puissant sur l’espionnage, le nazisme, les camps de concentration, le tout racontée par une femme forte et déterminée qui a parcouru un chemin compliqué mais qui ressort de ces épreuves la tête haute ✨

Une lecture qui ne m’aura pas laissée indifférente. J’ai été conquise par les mots de l’auteure malgré la dureté du contexte. 

Encore merci @editions_archipel de nous faire découvrir ces bijoux de la littérature qui méritent d’être lus et relus 💛

Résumé : en 1944, on suit Marlène l’une des femmes les plus recherchées. Elle va devoir prendre des décisions difficiles : épargner la vie de million de personnes ou sacrifier l’homme qu’elle aime. 

J’espère vous avoir donné envie de découvrir cette petite pépite livresque !

A bientôt pour de nouveaux posts !

CHARLESTON

La révérence de l’éléphant [3]

Bonjour tout le monde, je reviens aujourd’hui vous parler de ma lecture Charleston, la révérence de l’éléphant que j’ai vraiment adoré. Je vous en parle ci-dessous!

Résumé : On suit Marguerite, une dame âgée en EHPAD. Elle souhaite mettre fin à ses jours, car ceux-ci sont comptés, mais en France, l’euthanasie n’est pas autorisée. Elle voudrait donc mourir ailleurs, en paix et avec dignité. Mais, elle a une dernière tâche à réaliser avant de mourir : redonner goût à l’amour à son petit-fils, Emmanuel. L’arrivée d’une ancienne joueuse de poker, Roxanne, à l’EHPAD, risque bien de tout bouleverser. On aborde le sujet de la mort, du deuil, de la cause animale et de l’amour.

Ce roman recèle d’une beauté particulière, il promet un ancrage au coeur des terres Africaines, il nous montre la beauté du paysage et de la culture à travers l’objectif du photographe, Emmanuel. Il permet une envolée vers une culture étrangère, une culture dont on ignore beaucoup de choses.

C’est un récit à lire pour les amoureux de la beauté du monde, pour ceux qui veulent s’évader et s’initier à la culture. La plume de l’auteur est douce et touchante. La relation entre Emmanuel et sa grand-mère, Marguerite est bouleversante, on ressent une complicité entre eux, c’est son unique pied à terre, lui qui a quasiment tout perdu.

L’auteur traite de sujets difficiles, la mort, la maladie, mais la plume rend ces sujets doux, avec un regard mature et une écriture poétique. On fait partie intégrante de cette résidente au sein de laquelle on trouve des personnes toutes aussi attachantes les unes que les autres, certains sont aigris, d’autres très attentionnés, d’autres avec un humour débordant. Ce récit est humain, profond et terriblement impactant.

Ce livre est une véritable leçon de vie pleine de sagesse, un mélange de génération où l’expérience des seniors fait face à l’innocence des plus jeunes, qui ont tout à découvrir alors qu’eux ont déjà tant observé. On ressent la souffrance des plus âgés mêlée à de l’amour, une histoire de résilience où les plus jeunes vont tenter de redonner le goût de vivre aux plus anciens.

C’est l’histoire de la reconstruction d’une femme qui a tout perdu et qui n’a plus que l’espoir pour vivre. On a tellement envie d’apporter notre soutien à Marguerite. Chaque personnage a sa propre carapace que l’on s’efforce de briser au fil des pages pour découvrir leur véritable nature. Des personnages forts et indomptables en apparence, mais avec un coeur tendre et généreux, comme nos amis les éléphants. Et, Marguerite va tirer sa révérence petit à petit en s’approchant de la mort.

Ce livre est porteur d’un message fort, d’une part : de profiter de nos proches pendant qu’ils sont là. D’autre part, de dépeindre la cruauté d’un monde empli de souffrance et de cruauté. Un monde qu’Emmanuel s’efforce de montrer à chacun, à travers ses photographies, un moyen de heurter les consciences. Ce roman nous ouvre les yeux sur le comportement odieux des humains. Toujours en proie à l’argent et au mal. Un livre auquel on ne peut être insensible. Le destin bouleversant d’un animal si majestueux.

La révérence de l’éléphant est une ode à l’amour, au soutien, au respect. On connaît d’avance la fin mais celle-ci est racontée avec justesse, les événements tragiques deviennent poétiques grâce à l’écriture de Laura. On termine les larmes aux yeux. 

J’ai été bercée par les mots, ce livre c’est un véritable conte que l’on narre à ses enfants pour nous faire ouvrir les yeux, pour nous montrer l’importance de la famille, des animaux mais surtout des valeurs humaines.

Un roman que je vous conseille chaudement, en espérant qu’il saura vous toucher! Très bon week-end à tous! Merci de me lire.

Éline.

ARCHIPOCHE

La Garçonne

Bonjour tout le monde,

Je viens vous parler aujourd’hui de ma deuxième lecture en tant que partenaire Archipoche.

Il s’agit de la garçonne, un roman écrit par Victor Margueritte (né en 1866) et publié en 1922.

Dans un premier temps, il faut savoir que ce livre a fait un énorme scandale lors de sa sortie, car on met en scène une femme bisexuelle, chef d’entreprise et qui dispose de son corps comme elle l’entend. Le roman a été accusé de pornographie. Des thèmes fort y sont abordés comme la toxicomanie, le lesbianisme et le vagabondage sexuel.

Malgré les nombreuses revendications auquel le roman a pu faire face, il a connu un succès retentissant durant de nombreuses années.

J’ai trouvé que ce roman était très intéressant, si vous le savez je n’ai pas pour habitude de lire des romans classiques alors j’ai aimé sortir de ma zone de confort, et j’aime aussi lire des romans qui ont fait parler d’eux, qui ont fait polémique.

Si vous êtes sensibles à la cause féministe, à l’évolution de la femme et de sa place dans la société je vous recommande cet ouvrage. J’apprécie le fait qu’on ne nous peigne pas le portrait d’une femme qui, pour mettre un sens à sa vie doit avoir un bon mari, faire des enfants et rester à la maison pour s’occuper de lui.

J’ai en horreur ce cliché de la femme d’avant, obligée de faire ce qu’on lui dit sans pouvoir contester. Mais dans la Garçonne, on nous dresse le portrait d’une femme qui se rebelle à son époque, qui entretient des relations libertines, qui se fiche des codes de la société, et moi je dis que c’est beau !

En espérant que mon avis vous ai donné envie de découvrir cet ouvrage !

Belle journée à tous les lecteurs, bookstagrammeurs et compagnie !

La bise,

Éline